Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tanit... la déesse


Rechercher

Musique

21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 15:29
. Mouillages…mouillage


    Quand on achète un bateau, la première question que l’on se pose est de savoir où le mettre. Alors comme tout le monde, nous avons interrogé les ports et les communes du Golfe. Il n’y a déjà pas beaucoup de place, mais pour 14,50 mètres et 15 tonnes, on nous fait comprendre que cela ne sera pas possible. A moins bien sûr de faire un appel à une grande société qui gère certains ports et mouillages du Golfe et de se délester d’une bonne partie de notre budget, comme deux ans de vivres par exemple…
    Tanit s’installe donc sous Holavre, bien à l’abri, trouvant très rapidement sa place dans son nouvel environnement.


. Premières sorties


    Pour ses sept mois, Colin a parcouru 70 miles. C’est peu en comparaison de ce qu’on lui réserve, mais c’est déjà ça.
Nous avons le bateau depuis un mois, le temps de le ramener de Pont-L’Abbé et de faire une traversée jusqu’à Houat. C’est bien assez pour savoir que l’on ne s’est pas trompé et pour nous inciter à passer tout notre temps libre avec Tanit.
    Qui nous a dit que le ferro-ciment se traînait ? A 6 ou 7 nœuds dans un petit temps, Tanit nous conduit fièrement et sûrement.


. Ne faire plus qu’un



    Notre but avant de partir est de ne faire plus q’un avec Tanit, qu’elle fasse partie de nous . Puisqu’il paraît que l’on finit toujours par personnifier son bateau, nous avons d’ores et déjà décidé que Tanit serait une femme !
En ce qui concerne nos relations, elles ont tout de suite été mises à rude épreuve. A peine arrivée dans le Golfe, bien installée sur son mouillage derrière Holavre, voilà que Tanit va devoir affronter une petite tempête de printemps.  Plus le vent forcissait moins nous dormions, passant la journée avec une boule au ventre et faisant de perpétuels aller-retour sur Tanit pour vérifier son mouillage. Au dernier jour, craignant les rochers d’Holavre nous décidons de la mettre à l’abri sur un corps-mort de l’Ile-aux-Moines. Laissant le vent s’éloigner, nous retournons tranquillement « à notre place », Florent et moi, seuls sur Tanit pour la première fois.
    Un mât dépassant derrière l’île me laisse dire que nous nous sommes fait piqué le coin….il s’agit en fait d’un petit voilier posé sur les rochers d’Holavre. Un des dix bateaux qui ont rompu leurs amarres dans le Golfe.








Partager cet article

Repost 0

commentaires