Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tanit... la déesse


Rechercher

Musique

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 19:04

Ce livre dont j’attendais la sortie depuis décembre est enfin sorti. Il s’agit de « Pirates et Commandos – Les secrets des opérations spéciales » de Patrick Forestier, publié aux éditions du Rocher.


Je tiens tout d’abord à préciser pourquoi j’étais si impatiente de lire cet ouvrage.

En décembre, en feuilletant un magazine publicitaire d’une grande enseigne, j’ai eu l’agréable surprise de nous voir, en gros plan, en couverture de ce livre. Il s’agissait d’une photographie de l’armée sur laquelle nous sommes mis en joue. Ces photos ne sont pas autorisées à la publication 11 mois après les faits.


Je m’étais alors renseignée sur l’auteur afin de savoir quel journaliste pouvait à ce point vouloir user de sensationnel pour un livre censé être un document d’investigation.


Patrick Forestier est donc grand reporter chez Paris Match depuis 1979 et a réalisé des reportages pour TF1 et M6.


Le chapitre concernant Tanit s’étale sur 17 pages, dont 30% du texte est une reprise, précisée ou non, de notre blog. Cependant, je pense, vue les erreurs, qu’il ne l’a jamais lu.


Il promettait de nous révéler les secrets des opérations spéciales et je m’étais consolée en me disant qu’un contact très bien renseigné l’avait sûrement aidé, ainsi j’apprendrais peut-être encore des choses sur les pirates, les commandos ou la Somalie.


Mais je suis très étonnée aujourd’hui, après avoir lu son livre, de voir l’angle sous lequel il a abordé les faits.

Sachant qu’il n’avait pas contacté Jean-Yves Delanne non plus, je m’étais un peu renseignée sur ses rapports avec l’armée et avait appris qu’il n’entretenait aucune collaboration solide.

Comment peut-on, en tant que grand reporter, publier un livre et relater des faits sans les vérifier, pour chaque chapitre?


Monsieur Forestier ne m’a en effet jamais contactée, il n’a pas rencontré mes équipiers, ni mon avocat, ni l’avocat des pirates. Il n’a pas eu accès aux informations officielles puisque, comme il le dit à Jacques Pradel : « Il y a une enquête en cours ».


Il va donc nous dévoiler les secrets les mieux gardés du monde, mais est-ce encore un récit journalistique au service de l’information? 

Car après tout, tout au long de ce livre les seules informations à priori en possession de l’auteur, sont des rapports succins donnés par l’Etat-Major ou des bruits de couloir.

Dans son livre, Monsieur Forestier parle de 14 pirates qui auraient participé à l'abordage.  Et les inexactitudes sont nombreuses. Mais comment peut-il rependre cette erreur communiquée le lundi 6 avril par Ecoterra si ces sources viennent de l'Etat-major?

Mon souci étant avant tout de savoir si je peux croire ce qui est écrit dans les autres chapitres?



« Pirates et Commandos – Les secrets des opérations spéciales » est donc la parfaite illustration de ce que peut donner l'exercice du pouvoir "d'informer" par certains journalistes.


Voyant que l’auteur n’a même pas trouvé étrange que nous nous retrouvions à l’entrée du Détroit de Bab-el-Mandeb après trois jours de navigation, cap sur les Seychelles, et l’entendant rire grassement de ses propres blagues auprès de Monsieur Pradel (lui-même connu comme étant un excellent journaliste, fuyant le sensationnel), je ne vais pas prendre la peine de revenir sur les 17 pages qu’il nous a consacrés.


Je me fais une joie de publier le lien de son intervention chez Jacques Pradel sur Europe 1, qui montre bien son niveau de connaissance du terrain et de la mer.

Illustration:

"Cette prise d'otage dure à peine une semaine", en parlant du Carré d'As (14 jours de captivité)

"Ils ont rencontré Jean-Yves et Bernadette qui leurs ont dit: "méfiez-vous"" (non seulement nous n'avons pas rencontré Bernadette et les propos échangés avec Jean-Yves furent autres)

"Pour un voilier c'est encore plus terrible, c'est en bois." (Oui, mais Tanit est en ferrociment)

"Lorsque les commandos sont descendus dans une des carrés du voilier" (Oui, heu, c'est-à-dire?)

"Vous descendez dans une cabine tendue avec des lampes"

L1310767.JPG

(Photo prise en Bretagne, du cockpit)

"Il y a une enquête en cours, est-ce qu'elle va aller jusqu'au bout?" (Que cela signifit-il?)

"Un hélico vient les voir, on leur dit "Pas par là"" ( Ils nous disent exactement Hakuna Matata sans vouloir jouer sur les mots)

"Ah oui Lalanne" (Non, non, Delanne Monsieur Forestier)

"Ces sont des vrais pirates, des corsaires, des pirates de guerre... ils veulent gagner, ce sont des gagnants" (Et bien oui, à priori ils ne font partie d'aucun jeu de rôle, c'est leur moyen de survivre)


 


 

 

Emission Café Crimes sur Europe 1 (11/04/2010)

 

 

 

 Article modifié le 10 mars puisque Monsieur Forestier me menace de poursuites pour diffamation.

 




Partager cet article

Repost 0

commentaires

pascaline 17/06/2010 19:51


Bonsoir,
Parfois les ingénieurs se trompent, même en équipe,(navette spatiale qui éclate en plein vol...........) les économistes (qui avait prévu la crise.........) tout le monde se trompe, les
journalistes les premiers. Connaissez vous le métier de journaliste, savez-vous ce qu'est une salle de rédaction?
Allez ne croyez RIEN de ce que vous lisez ou voyez ou entendez sans recouper plusieurs sources.
Si demain on vous propose une intervention chirurgicale? Vous ne demandez pas plusieurs avis? Vous feriez mieux parce que le corps médical se trompe aussi, souvent.
Nul n'est infaillible... Nous ne sommes que des hommes partageant 99.99 % avec les orangs outans par exemple... Il faut arrêter de se croire supérieurs... HU HU....J'ai eu l'occasion de
partager
mon temps avec les gorilles au Rwanda et avec les orangs outans en Malaisie, ma foi je n'ai pas eu à me plaindre, et eux, ne se trompaient pas sur le sens de ma visite.

Amicale pensée aux ami(e)s de la Tanit


Javi 17/05/2010 08:38


@pascaline:
"il a une équipe avec lui, et il ne peut naturellement pas tout vérifier"

Sincèrement, c'est justement PARCE QUE il a une équipe avec lui, qu'il est censé tout vérifier. J'ai un pote qui est ingénieur, il vérifie tous ses calculs, lui, et il est tout seul. Pourquoi
machin ne pourrait pas le faire? Il est payé beaucoup plus, il peut bosser un peu pour justifier son salaire.


pesquet 10/03/2010 21:36


je ne lirais aucun papier de journaliste que si je ne vois pas ta signature .Toi seule peut transmettre ce qui a été vécu en réalité ,écrire ton histoire sera sûrement douloureuse , remuant toutes
ces images, mais cela serait un beau témoignage d'un papa formidable que je n'ai pas eu la chance de connaitre mais qui m'a fait tant rêvé comme toi par le blog gros bisous COLIN ET TOI


pascaline 06/03/2010 20:54


Bonjour/bonsoir,
J'aime bien lire votre blog, c'est le seul que je consulte d'ailleurs. J'ai podcasté l'émission de Pradel,et écouté le lendemain. c'est vrai qu'il y avait des mensonges , mais pour le grand public
, ça suffit comme info... Ils ne se rendent pas compte.... Pradel fait comme il peut à raison de 5 émissions par semaine, il a une équipe avec lui, et il ne peut naturellement pas tout vérifier...
Alors les personnes qui sont impliquées dans les faits hyper douloureux dont il évoque l'histoire, ressentent vivement les invraisemblances, omissions, incohérences, mensonges, parce qu'elles
"vivent" l'histoire, elles connaissent tous les détails. Lui fait une émission grand public c'est tout. J'ai été , par exemple, très touchée par une émission de ce même Pradel, écoutée durant les
vacances , je ne me souviens pas exactement de la région dont il parlait, mais il y avait eu de nombreuses disparitions de jeunes filles, et visiblement la police avait mal fait son travail,et la
soeur d'une jeune fille enlevée témoignait au téléphone, de tout cela, de son calvaire, et .......elle apprenait par Pradel que le numéro de gendarmerie d'appel à témoin qu'elle donnait n'était
plus valable....
Elle en était profondément choquée, d'apprendre cela par la presse.
Le métier de journaliste n'est pas facile, et pour être parfaitement intègre il faut , avoir son compagnon fonctionnaire, ou accepter de vivre dans une cave....
Il faut jongler sans arrêt avec le politiquement correct et l'analyse.
Nous sommes dans un cycle de l'émotion et non plus de l'analyse...
Si on analyse trop on passe pour des rabat-joie, ou les lobbyes de telle ou telle assos nous tombent dessus.
Je vous comprends.......

...
Toutes mes amicales pensées.
Pascaline


Céline 23/02/2010 11:30


Bonjour Chloé
Je n'ai pas écouté l'émission en entier, ça n'en vaut pas la peine.... je n'en reviens pas, ces gens là me désole.
Je vous renouvelle mon soutien et mon affection.
Céline