Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tanit... la déesse


Rechercher

Musique

26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 14:28
Mardi 20 août

Nous quittons La Corogne vers 10 heures, bien décidé ce coup-ci à passer le cap Finisterre bien que le vent et la houle ne soient pas encore avec nous. On se fait donc bien brassés ce qui m'incitera à rendre mon dîner de la veille! Pourtant, je vous jure, j'ai bien mangé au petit déjeuner... En fait, ce sont surtout les allers et retours à l'intérieur pour m'occuper de Colin qui me rendent malade....mais ça passe vite.

Nous admettons enfin qu'il sera dur de déposer Minou en Crête, nous avons pris trop de retard; à défaut, il verra sûrement la Sicile, et du même coup nous décidons de faire une petite pause sur l'île d'Ons.

Le petit village d'Ons


Nous mouillons tranquillement, à l'abri de l'île, devant notre première plage aux reflets turquoises! Les îles de l'Atlantique sont connues pour leur petit air d'Antilles, un peu comme les Glénans chez nous, c'est-à-dire la température de l'eau en moins! Comme nous sommes curieux, et sûrement pas assez fatigués, nous mettons Titanit à l'eau et partons à la rame pour passer la soirée au village ( à 2 kms par un petit sentier). Colin ne s'en plaint pas, j'ai ressorti mon pagne et je le porte dans mon dos comme un petit africain.

La plupart des bateaux qui étaient au mouillage avec nous se mettent sur bouée devant le village pour la nuit. Ces bouées sont louées par un des petits restaurants du port. C'est donc seuls que nous passerons la nuit au mouillage.

Le Parc National Maritime des Iles Atlantiques est situé dans la province de Pontevedra. Il inclut les îles Cíes, l'île de Ons, l'île Cortegada et l'île Sálvora. Elles font toutes partie des Rías Baixas (rias inférieures), des estuaires envahis par la mer. La surface protégée se divise entre 7.138 hectares maritimes et 1.195 hectares terrestres.

Ce parc naturel comprend une biodiversité assez étonnante. Pour la flore, on dénombre 200 types d'algues et 400 espèces de végétaux terrestres. On y trouve la plus grande forêt de lauriers d'Europe. La faune, quant à elle, est très variée. Les îles accueillent une importante colonie d'oiseaux marins : mouettes, cormorans, guillemots... En dehors des habituels crustacés et mollusques, vous aurez peut-être la chance de voir une tortue, un phoque, un dauphin ou même une baleine !

Nous quittons donc Ons dans la matinée de mardi pour faire route sur le Portugal.....quelle escale? Nous ne jurons plus de rien!
Nous attaquons au moteur dans la pétole et dans la brume; quel désespoir  quand le ciel s'éclaircit quelques après laissant apparaître les Cíes....qui ont l'air si proches.


Les îles Cies dans la brume


Nous n'avons pas trop le temps d'y penser, un joli grain nous tombe dessus, rendant encore plus délicat le croisement avec les "mastodontes".
Ce n'est que mercredi,au petit matin  que le vent de nord nous fera enfin ses honneurs, accompagné d'une mer qui s'agite de plus en plus; pour le moment nous sommes ravis, l'allure n'est pas super confortable, mais enfin nous avançons, battant même des records puisque Tanit filera fièrement ses 7 noeuds de moyenne (avec une pointe à 8 noeuds, du jamais vu!).
Seulement, toute la journée à cette allure, on commence à fatiguer un peu et certains estomacs ne s'adaptent pas complètement. De voir que la nuit ne calme rien, que le régulateur est HS pour le moment (juste un bout à changer, mais la mer est trop creuse pour se lancer dans ce genre d'acrobaties).....on a le moral dans les chaussettes...., et il va falloir tenir comme ça jusqu'à jeudi après-midi.

C'est donc rincés, fatigués et affamés que nous nous amarrons à la Marina de Cascais au Portugal, jeudi 22 aôut. Nous ne pensons qu'à une chose: douche et dodo; seulement, après avoir fait les formalités d'entrée et pris connaissance des tarifs, changement de programme, on fait les pleins et les lessives rapidement pour filer au mouillage dans la baie.

Nous resterons là jusqu'au 27 août, le mouillage est venteux en journée à cause du thermique, mais la météo n'est pas avec nous pour descendre et ce sera l'occasion d'aller visiter Lisbonne.





Repost 0
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 16:40
Vendredi 14 août







Nous étions tellement contents d'avoir reçu la pale que nous sommes partis en faisant une grave erreur de marins débutants: nous avons oublié de manger avant de larguer les amarres!

Seulement, à la sortie de la ría, le temps n'était pas joli, joli. Le vent était plus fort que prévu, ce qui aurait pu être bien, mais la houle déferlait drôlement; même Colin a réussit à "sauter" de sa couchette malgré la toile anti-roulis....heureusement, les coussins ont sautés avant lui pour mieux amortir la chute.

A m'occuper du petit Loulou en étant brassée dans tous les sens, j'ai baptisé l'évier de mon premier vomi....même pas le temps d'attraper un seau.

Tant est si bien, qu'après deux heures les mains sur la barre et les yeux à tribord à surveiller la houle, Flo en a ras-le-bol....., nous aussi; on n'a vraiment pas envie de commencer la nav comme ça, et puis après tout, on n'a même pas vu La Corogne!

Nous repartirons très certainement lundi pour Lisbonne ou ailleurs, en espérant toucher au plus vite les vents de Nord derrière le cap Finisterre.

En attendant, nous prenons notre mal en patience et visitons notre première grande ville du voyage.
























La tour d'Hercule se trouve entre l'anse d'Orzán et le golfe Ártabro. Il s'agit d'un phare romain de l'ancienne Brigantium, le plus ancien encore en fonctionnement. Datant du IIe siècle ap. J.-C., de l'époque de Trajan, il fut transformé en 1788 par ordre du roi Charles IV. La construction fut confiée à l'architecte lusitain Caius Sergius Lupus. De plan carré, il mesure 68 mètres. Le faisceau lumineux qu'il émet est visible à une distance de 32 milles. La tour est divisée en trois tronçons de moins en moins larges jusqu'à la lanterne. Il faut gravir 242 marches pour arriver au sommet du phare, mais l’effort en vaut la peine car le panorama sur la ville et la côte de La Corogne est magnifique. La mythologie raconte qu'Hercule, après avoir coupé la tête de Gérion, aurait enterré son corps et érigé le monument sur lui.

Désolés de ne pas vous fournir la vue de là-haut, mais Florent s'est baladé seul pendant que je visitais l'aquarium avec Colin.....il n'a donc pas eu le temps de gravir les marches!


L'Hôtel de Ville, place María Pita
















Le couvent San Fransisco

Elle se trouve dans la vieille ville. Elle date du XIIe et du XIIIe siècle et c'était à son époque la deuxième paroisse la plus importante. Sa construction a été achevée en 1302 et c'est une collégiale depuis 1411. Elle est de style roman et son plan compte trois nefs sans transept. Elle abrite des œuvres du XIIe au XVe siècle. Ses colonnes intérieures sont inclinées. Elle possède une tour de clocher avec chapiteau du XVe siècle et une rosace en ogive sur la façade. Le musée d'art sacré se trouve à l'intérieur.

Repost 0
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 16:13
Jeudi 14 août

Ce soir, enfin, nous allons pouvoir quitter la Galice (Sada) et essayer d'atteindre "le Sud" (Portugal ou Gibraltar....). Les conditions sont bonnes pour partir aujourd'hui, et par chance nous avons reçu la pale aujourd'hui.

Un grand merci à Tonton pour la conception, et à tous les autres pour l'envoi et la déco; la soudure, il s'y connaît Tonton, elle est trop la classe cette nouvelle pale!
























































Tanit va être heureuse de pouvoir quitter "la cabeza del pantalon F" à laquelle elle est amarrée depuis lundi.



Après avoir rangé le bateau pour être prêt au départ, je vous ai fait un petit reportage photo des activités sur le pont: installation de la nouvelle pale, et étanchéification des hublots récalcitrants.
























































Il est 16h30, nous avons encore quelques bricolages à faire; on aura sans doute le temps d'aller "gratter le cochon" une dernière fois avant de lever les amarres vers 19 heures pour environ une semaine de navigation,  si les vents nous restent favorables.....

Hasta luego

Et encore merci à tous.......
Repost 0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 15:54
Mardi 12 août

Au nord-est de la Galice se déploient quatre rias qui forment le Golfe Artabre : La Corogne, Betanzos, Ares et Ferrol. Par le passé ce territoire chargé d’histoire fut habité par les Artabres.
Creusée autour de l’embouchure du fleuve Mero, la ria de La Corogne offre un aspect unique. La ville de La Corogne constitue une visite incontournable sur cette large ria. Sa vieille ville, dont l’accès se fait par la Puerta Real, renferme des galeries lumineuses qui définissent cet espace. Parmi les nombreux monuments, la tour d’ Hércules est le plus emblématique et le phare toujours en service le plus ancien au monde. Cette tour offre, en outre, une vue incomparable sur le golfe Artabre.
Le paysage de la région de As Mariñas longe une ria qui se divise en deux petites rias fermées : ria d’Ares et Betanzos. La vieille ville de Betanzos, une des capitales de l’ancien Royaume de Galice, se situe dans l’estuaire du fleuve Mandeo. Elle se distingue par l’église de Santa María, construite par les marins au XIIe siècle, qui conserve un riche trésor d’orfèvrerie, de peintures flamandes et de sculptures gothiques.
La ria de Ferrol suit l’embouchure du fleuve Xubía. Par sa forme en entonnoir, elle constitue un des meilleurs ports naturels au monde.

Betanzos fut baptisée « Brigantium » par les romains. Elle est située sur une colline où se trouvait jadis une ville fortifiée, au fond de la « ría » de Betanzos, à l'endroit où l'eau de la mer se mélange à l'eau douce de fleuve Mandeo et de son affluent. Cette localité, une des sept capitales de l'ancien Royaume de Galice, est classée Site historique.

Elle possède trois remarquables églises : Santiago, Santa María do Azogue et San Francisco. Cette dernière renferme d'incomparables sépulcres médiévaux, comme celui de Pérez de Andrade, soutenu par deux animaux symboles sa lignée, le sanglier et l'ours. Mentionnons aussi les « pazos » Bendaña, Taboada et tour Lanxós, ainsi qu'un parc très particulier, « O pasatempo », dont les créateurs, émigrants d'Amérique, ont anticipé l'idée du parc thématique moderne.





Betanzos n'étant pas très loin de Sada, environ 8 kms, nous décidons de profiter de notre arrêt forcé pour aller un peu se balader. Au grand plaisir de Colin, puisque nous devons prendre le bus.




L'aller-retour nous coûte 2,70 par personne (sauf Colin, pour qui c'est gratuit), avec le droit de s'accrocher; des limitations de vitesse peu appropriées et le chauffeur au téléphone, même Colin veut attacher sa ceinture.


Nous sommes contents de pouvoir arpenter de vieilles ruelles sympathiques, nous sommes un peu en overdose de sites balnéaires. De Gijón à La Corogne, la côte est envahie de grues....

Entre monument historiques, squatte de graffeurs en bord de fleuve et "mesón" (auberge) typique, nous lézardons en attendant la prochaine averse.







Repost 0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 17:05
Le "guide" de Tanit n'est sans ambition aucune, si ce n'est de partager les petites infos qui nous ont servies durant nos navigations et  escales.


Gijón

En arrivant de nuit par le NE, nous avons mis du temps à distinguer clairement les quatre cardinales, qui sont plutôt éclairées faiblement. Mais une fois passé ce danger isolé, l'entrée dans le port se fait facilement et est bien balisée.
La marina se situe au sud du port commercial et vous trouverez le ponton d'attente tout de suite en face en arrivant. La marina est agréable et située au coeur de la vieille ville.
Le tarif (1 nuit) pour Tanit est de 26 euros avec accès à l'eau et l'électricité (ne pas oublier d'avoir un adaptateur pour les prises). Les douches se situent à la capitainerie, mais vous n'y trouverez pas de machines à laver. Il n'y a d'ailleurs aucune laverie automatique à Gijón. Vous trouverez des laveries, environ 25 euros les 8kg de linge.
Un ordinateur est accessible à la capitainerie pour Internet, au tarif de 1,60 euros/heure.
Le Wi-Fi est payant, 4 euros/heure ou 10 euros/Jour)....., un peu cher pour nous, en cherchant un peu dans la ville on trouve en général un accès...

Ponton visiteur: 43°32'7625N - 5°40'0136W

Côté enfants:
Un bateau pirate grandeur nature aménagé en aire de jeux dans le parc derrière le port, près du monument d'Eduardo Chilida, "L'Eloge de l'Horizon".


Au large du Cap Peñas, en voulant rejoindre Cudillero, nous avons été surpris par vent qui a soudainement tourné à l'Ouest avec des rafales à 40 noeuds. Nous étions en panne de moteur, et avec ce vent, seul le port de Luanco était accessible à la voile. Il s'agit d'un vieux petit port de pêche, où l'on mouille facilement à l'abri de la nouvelle digue. La grande plage est accessible en annexe, mais elle est bien trop fréquentée pour nous plaire vraiment.

« Lorsqu’il fait une chaleur excessive à terre, il est très rare qu’il n’y ait pas une galerna vers le soir. Ces orages se forment sur terre  pendant l’ardeur du soleil, ils gagnent peu à peu le SW, puis l’horizon s’obscurcit, et ils commencent à s’étendre en tournant à l’Ouest. Il faut alors être prêt à recevoir le grain, qui survient brusquement du NW. De grands précautions sont indispensables eu égard à la violence de ces coups de vent qui peuvent durer trois à quatre heures ; ils sont accompagnés de pluie, mollissent graduellement, et se terminent par un vent du NW maniable suivi de calme à la nuit. Quelque fois la galerna arrive avec une telle violence qu’on peut la comparer à un ouragan, et cela sans aucun indice précurseur ; c’est alors une brusque saute de vent du Sud au NW. Il est assez commun de voir ces deux vents en opposition, séparés seulement par une étroite zone de calme. »
Extrait des Instructions Nautiques Espagne - Portugal de 1962

Luanco



Ici, ni capitainerie, ni ponton, mais un vieux port plutôt sympathique. Très facile d'accès vous pouvez mouiller tout de suite en avant des corps-morts dans 3 à 6m de fond. La baie est bien abritée des vents de W-NW, voire N car il y a une nouvelle jetée en construction.
En arrivant, attention toutefois au rocher sur bâbord, le Bajo de Pegollo de Fuera qui est à fleur d'eau.
Pour l'eau et pour les douches, cela se passe sur les plages. Vu le temps qu'on a, c'est encore un peu froid pour moi! Et avec le vent, la douche solaire n'est pas beaucoup plus chaude.
Le petit port s'anime d'un marché coloré le vendredi, jusqu'à 14 heures.
Plusieurs accès internet en ville, dont un cybercafé.
Des petits "supermercados" partout pour l'avitaillement.

Mouillage: 43°36'9754N - 5°46'9568W

Côté enfants:
La plage bien sûr, même si nous l'avons trouvée un peu sale et envahie....
Les parcs toujours, Colin ne s'en lasse pas. Il y en a le Parque Zapardel en ville, et un au-dessus de la plage


Vivero


Assez longue ría, 3 à 4 miles entre l'entrée et le premier mouillage. Nous mouillons toute de suite en face de la playa de Covas dans 3 à 6m d'eau sur fond de sable. Le mouillage est abrité de tous les vents car il situé en fond de ría, seule une houle de nord pourrait vous faire déménager vers la marina de Vivero.


Mouillage: 43°40'6438N - 7°36'3502W


Cariño

Le petit port de Cariño abrite un mouillage qui peut s'avérer un peu rouleur, mais nous sommes plusieurs voiliers à s'y être réfugiés sur la route de La Corogne. Le mouillage est un peu bruyant car la pêche est clairement, ici, l'activité majeure. Nous y avons vu une bonne dizaine de grosses unités de pêche, mais aussi plusieurs dizaines d'embarcations en tous genres et de toutes tailles. Ce qui peut rendre l'accès en annexe un peu compliqué, mais tellement charmant!
Comme à Luanco, pas de capitainerie, mais des douches accessibles sur les plages.
Un accès Wi-Fi gratuit au Bitagura café, derrière les halles, sur le bord de mer.
Contrairement à chez nous, on trouve plein de petites supérettes en ville.

Entrée du port: 43°33'8700N - 7°51'9100W

Côté enfants:

Encore et encore des parcs de jeux...., et pour la plage il faut traverser le village.

Redes

Pas de problème pour mouiller dans la ría d'Ares, il n'y a plus de parcs à moules, excepté à bâbord en entrant, entre la punta Camoco et la punta Modias. Mouillage sur fond de vase dans 2 à 4m d'eau, bien protégé des vents de NW à E même si la houle de NW à W peut y entrer. Village très sympathique, mais comme on a un peu la poisse, nous avons très vite chassé à cause d'un vent de SW qui s'est levé soudainement (selon les guides, le "Ventavale" est bien sûr très rare en été dans la ría!)

Mouillage: 43°25'2455N - 8°12'1500W



Le village de Redes est le plus petit et le plus typique de notre début de voyage.
Vous y trouverez une petite boucherie, près du café des pêcheurs, où la viande est bonne et les prix plus que raisonnables. Avec mes steaks et mes saucisses ( 2 repas pour 4), j'en ai eu pour 6 euros.
En montant au-dessus du port, une jolie balade est à faire parmi les eucalyptus.
Et toujours des douches sur la plage.


Sada

La Marina Sada est la plus grande marina où nous nous arrêtons jusqu'à présent. Un service plutôt à la mesure des grosses unités que vous pouvez côtoyer ici (beaucoup de voiliers, de bateaux à moteur et de voitures "grand luxe").
Le personnel est sympa et disponible, si vous parlez bien espagnol, il est conseillé de les contacter sur le canal 9; sinon, mieux vaut se mettre en tête du ponton I et attendre que l'on vous place.
Pour Tanit, le tarif est de 33 euros (avec accès à l'eau et l'électricité). Les douches se situent à la capitainerie, où vous trouverez aussi une machine à laver ( 5 euros) et un sèche linge ( 5 euros).
Le Wi-Fi est gratuit mais nous n'avons jamais réussi à le capter du bateau; nous nous installions donc au café à côté de la capitainerie.
La marina de Sada se situe entre les villages de Fontan et de Sada, si bien que vous êtes un peu excentrés pour trouver de petits commerçants..... mais Carrefour pense vraiment à tout, il s'est installé juste derrière la capitainerie!
Vous pouvez aussi faire le plein de gasoil pour 1,30 euros/litre.
Sada reste une escale dont nous aurions aimé nous passer, elle n'a que peu de charme après le joli mouillage de Redes.

Marina: 43°21'6N - 8°14'9500W

Côté enfants:

Une fois de plus, vous trouverez ici un grand parc de jeux (balançoire, maison avec toboggan....) installé en bord de plage.
Betanzos et La Corogne sont bien desservis par les bus, c'est l'occasion de "partir en expédition".



La Corogne

Première grande ville de nos escales, premier port avec bassins multiples (encore en construction), nous choisissons la Dársena Deportiva située après le Castillo San Antón.

Le tarif pour Tanit est de 28 euros par jour, eau et électricité comprises. Les douches se situent dans des préfabriqués juste à la sortie des pontons. Vous y trouverez aussi machine à laver et sèche linge ( 3,50 euros chaque).
Pas de Wi-Fi pour le moment, mais un petit café sympathique (La Dársena) le propose gratuitement. Juste à côté, vous trouverez Regata, un shipchandler.


Entrée Dársena: 43°22'0200N - 8°23'6785W


Côté enfants:

Super aire de jeux devant le port, malheureusement en travaux pendant notre escale.
La balade en tramway est très appréciée par Colin; pour 2 euros, vous partez du haut du port pour longer la côte jusqu'à la plage. Vous pouvez vous arrêtez à l'aquarium en fin de parcours ( 10 euros pour les adultes, gratuit pour Colin), et revenir à pied (environ 20 min).


Ons


Pas de gros danger en accédant à l'île par le NW. Nous avons mouillé devant la playa Melide; il y a une zone de baignade, on mouille donc dans 8m de fond. Le mouillage est bien abrité des vents de SW à N.

Possibilité de prendre un corps-mort payant devant le petit port.


Mouillage: 42°23'2940N - 8°55'4211W



Puerto Sherry


Nous sommes arrivés par le nord; attention aux bancs de sable en prenant le canal del Norte car la mer peut se lever.

Il faut laisser le río Guadalete à tribord et la marina à bâbord pour mouiller devant la plage de la Ensenada del Aculadero. Nous mouillons assez loin car les fonds remontent vite et que nous arrivons de nuit.

Il y a beaucoup de monde en journée mais le mouillage est bien protégé ce qui nous permet de ne passer qu'une nuit à la marina pour l'avitaillement.

Accès internet wi-fi possible grâce aux bars environnants.


Mouillage: 36°34'8N - 6°14'7677E


Côté enfants: Colin est ravi, une fois de plus nous trouvons de grandes aires de jeux juste devant la plage, très fréquentée par les enfants, et les parents.


Ensuite, l'entrée à la marina (la plus vieille de Cadiz) se fait facilement. Vous trouverez le ponton visiteur tout de suite sur la gauche.

La nuit nous y coûtera tout de même 37 euros. Les douches sont très anciennes mais correctes.

Nous y faisons facilement les pleins d'eau et de gasoil, en revanche pour les courses il est conseillé de prendre un taxi pour aller en ville à quelques kilomètres.


Cabo de Palos


Nous mouillons au nord de la pointe dans 5m d'eau, sur fond de sable et roches; l'approche est simple et sans dangers particuliers.

Mouillage sans aucun charme car la côte est entièrement bétonnée à perte de vue, mais bien protégé des vents de SE à W.

Pour l'avitaillement, il faudra marcher quelques kilomètres pour trouver les supermarchés.


Mouillage: 37°38'1N - 0°41'7E


Formentera





Nous sommes arrivés par le SW et avons mouillé au sud de la Isla Redona, devant la plage del Caball Borras. Mouillage enchanteur dans une eau turquoise par 5m de fond.

Ce mouillage est bien protégé des vents de N à S en passant par l'E. La plage est parfaite, accessible à la nage ou en annexe. Pour l'avitaillement nous rejoignons la marina en annexe.


Mouillage: 38°44'8340N - 1°25'7450E


Un fort vent de NW nous déloge le cinquième jour, et nous rejoignons donc le mouillage devant la isla Espalmador. Attention à la isleta del Alga car les fonds remontent vite.

Ici, beaucoup de monde et beaucoup de corps-morts gratuits. Aucun n'était disponible, nous avons donc mouillé sur l'ancre dans 4m d'eau sur fond de sable et roches.


Mouillage: 38°46'6839N - 1°25'3741E


De manière général, il est possible de mouiller partout de la isla Pedreras à la isla Espalmador. Beaucoup de monde en journée, surtout des gros yachts, à venir d'Ibiza... mais Formentera est tellement charmante!


Dans toutes villes ou villages où nous avons été, le recyclage des ordures est très bien organisé. Vous trouverez les même poubelles de tri qu'en France, bien plus nombreuses et  avec en plus le tri des huiles ménagères usagées.



Repost 0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 18:18
Dimanche 3 août


Nous quittons Luanco vers midi, une nuit et une journée de mer et nous serons à Viveiro. Bien sûr ce n'est toujours pas la Corogne, mais nous ne désespérons pas d'y arriver!

Nous avons beaucoup sollicité le moteur pour la traversée de Gascogne, et il aurait été étonnant qu'il le supporte sans en faire baver le capitaine; quelques heures de boulot et une pompe à eau à remplacer. Je ne pensais pas que les pièces de rechange serviraient si vite, les kilos de pièces diverses ne sont finalement pas si inutiles!

Les vents nous portent favorablement jusqu'à la fin de la nuit, avant de tourner encore à l'Ouest, orientation pétole. Nous remontons au Nord en attendant le lever du jour, la côte est proche et les pêcheurs nombreux. Ils ont un tel éclairage que nous avons beaucoup de mal à distinguer leurs feux de route.

Un peu de vent et quelques heures de moteur plus tard, nous sommes contents d'arriver à Viveiro, en même temps que les pêcheurs.




Nous n'y passerons qu'une nuit, à l'ancre à l'entrée de la ría, avant de repartir pour Cariño, à quelques heures de mer.
Repost 0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 17:26



















" A près avoir appris à surmonter mes peurs, j'ai vécu une expérience unique et inoubliable à bord de Tanit, aussi  solide que son capitaine et sa femme. J'ai également regoûté aux joies de la pâte à modeler avec Colin qui promet d'être un sacré marin!
Je leur souhaite à tous les trois beaucoup de joie et de bonheurs, petits et grands.
A vite..."

Julie Bourgin
Repost 0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 17:25

Repost 0
Published by Tanit - dans Vidéos
commenter cet article
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 16:30
Jeudi 31 juillet


Après deux jours passés à Gijón, nous nous sommes remis de nos émotions de la traversée et avons remis un peu d'ordre à l'intérieur de Tanit.

Nous avons découvert le cidre asturien, et la manière particulière de le servir... Il paraît même qu'ils sont champions du monde des buveurs de cidre, raison de plus pour ne pas trop traîner dans le coin!


A sept heures du matin, nous quittons donc les pontons visiteurs de Gijón afin d'avancer vers La Corogne. La météo est bonne, le vent est annoncé Nord-Est, tout est bon pour rejoindre Cudillero.

A une heure de ce petit port sans doute charmant, dans la baie d'Avilès, nous sommes surpris par un vent d'Ouest soufflant par rafales jusqu'à 40 noeuds.

La météo indique toujours des vents à 10 noeuds dans la baie de Gijón et n'étant pas sûrs d'avoir envie tout de suite d'une nouvelle nuit mouvementée, nous décidons de faire demi-tour pour nous mettre à l'abri à Luanco.

Nous lirons plus tard dans un vieux guide la région que ce phénomène est courant derrière le cap Peñas, et qu'il peut durer entre trois heures et trois jours... Notre moral en est un peu moins atteint.

Nous passons deux jours à Luanco, à l'ancre dans la baie, avec douche froide sur la plage pour les plus courageux. Le petit village est mignon et typique des ambiances de pêcheurs de la région, mais cela reste une petite cité balnéaire qui ne nous apporte pas forcément ce que nous recherchons.




En revanche, pour Colin, c'est l'occasion de faire des rencontres.... et de jouer des heures dans le petit parc de jeu. Je remarque d'ailleurs que l'Espagne est très bien équipée de ce genre d'infrastructures, beaucoup de toboggans et de jeux.





















Repost 0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 16:26


Ca winche à bord.... et le captain y fait pas grand chose!
Premiers essais sur le Golfe avec Dodo et Fiona




Départ d'Ons, rencontre sous le grain



Dans le ferro, rien ne passe: le téléphone, le wi-fi, la BLU; alors on s'organise pour écouter la météo marine



Le pauvre Minou.... vu les conditions de navigation depuis le départ, peu de navigations ne sont vus gratifiées d'un petit vomi.....! Mais toujours très courageux, Minou ne vomi que pendnat ses quarts!


Le capitaine passe son temps à réfléchir.... mes voiles? mon régul?



Méditerranée... mer d'huile???

Repost 0
Published by Tanit - dans Vidéos
commenter cet article